Le futur c’est l’écran flexible

Le futur c’est l’écran flexible

Un téléviseur ultra-mince, ultra-mince, ultra-mince, ultra-haute définition qui peut être enroulé et transporté comme s’il s’agissait d’une affiche d’image ou de photo. Un rêve? De la science-fiction pure? Pas du tout : bientôt, en fait, un nouveau type d’écran flexible pourrait arriver sur le marché et transformer tout cela en réalité. A ce jour, le nouvel écran ultra-mince, ultra-rapide, économe en énergie et ultra-haute résolution est testé dans les laboratoires de l’Université d’Oxford et de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni). Si les tests actuels devaient produire les résultats escomptés et si tous les obstacles liés à la production en série devaient être surmontés, il ne peut être exclu que de nouveaux téléviseurs à écran courbe soient mis sur le marché dans quelques années.

Problème d’alliage

Aucun nouveau matériel ne devrait être utilisé pour la production des nouveaux présentoirs. Comme l’ont démontré les chercheurs Peiman Hosseini, C. David Wright et Harish Bhaskaran dans leur étude récemment publiée dans la revue Nature, les alliages métalliques déjà utilisés dans la production de CD, DVD et autres supports de mémoire optique peuvent être utilisés. Ces alliages métalliques ont la capacité de passer d’un état de matière à un autre s’ils sont correctement stimulés énergétiquement : il suffit d’appliquer une source de chaleur ou une source d’énergie adaptée pour passer d’un état à un autre. C’est pourquoi les scientifiques appellent généralement ces alliages métalliques des « matériaux à changement de phase » (PCM).

En tant que liseuse électronique

Le fonctionnement des nouveaux écrans est très similaire à celui d’un lecteur électronique et d’une encre électronique. Les écrans flexibles nouvellement développés sont composés de feuilles minces d’un alliage métallique « à base » de germanium, d’antimoine et de tellure enfermées dans deux feuilles (légèrement plus épaisses) de verre. Selon l’épaisseur du verre et la tension de l’impulsion électrique, les atomes qui composent l’alliage métallique réfléchissent une onde électrique plutôt qu’une autre, générant différentes nuances de couleur. Contrairement à la technologie de l’encre électronique, la nouvelle technologie a un taux de rafraîchissement beaucoup plus rapide : chaque atome peut changer d’état même un million de fois par seconde, permettant ainsi la lecture de films et vidéos de toutes sortes. Jusqu’à présent, les scientifiques des universités britanniques ont réussi à créer des écrans flexibles avec seulement deux nuances de couleurs, mais il y a encore beaucoup de place pour l’amélioration et la croissance.

Vent du sud-est

Mais les nouvelles ne s’arrêtent pas là. Les laboratoires de recherche japonais de LG ont récemment lancé un prototype d’écran OLED flexible de 18 pouces qui peut être enroulé pour créer un cylindre de trois centimètres de diamètre. L’écran, d’une résolution de 1200×810 pixels, est constitué d’un film polyamide plus souple et plus maniable que la matière plastique « habituelle ». Si les laboratoires continuent d’annoncer des nouvelles positives, il n’est pas exclu que LG sera en mesure de commercialiser les premiers appareils équipés d’un tel écran flexible d’ici 2017.

Dans la dernière ligne droite

La société sud-coréenne, cependant, pourrait être battue à temps par les cousins de Samsung (un autre grand acteur de l’industrie qui produit, juste en collaboration avec LG, 55% des écrans mis sur le marché). Depuis quelque temps déjà, le plus grand fabricant mondial de smartphones est particulièrement actif dans le domaine des écrans et des écrans. Début avril 2015, elle a séparé la division LCD de la division OLED, afin de mieux différencier les lignes de production et de créer des campagnes marketing – et commerciales – différenciées pour les deux secteurs : tandis que la division LCD poursuivra le développement des panneaux pour téléviseurs, écrans pour ordinateurs de bureau et portables et pour tablettes, la division OLED se concentrera sur la conception et la fabrication des panneaux pour smartphones et appareils mobiles en général. Cela permettra de compléter dans les plus brefs délais l’expérience entamée début 2015 : la production en série d’écrans souples et même enroulables.

Le Samsung Galaxy S6 Edge, en fait, ne serait que le premier pas vers une nouvelle génération d’appareils mobiles équipés d’un écran entièrement flexible et enroulé sur lui-même. Inutile d’énumérer ici tous les avantages possibles, mais pensez simplement que vous pourriez éliminer une fois pour toutes le problème des écrans cassés ou rayés à cause des chutes. Selon les rumeurs rapportées par le journal Business Korea, Samsung serait prêt à commercialiser les premiers appareils de ce type dès 2016.

Je vois, je ne vois pas.

Selon les nouvelles en provenance d’Asie du Sud-Est, il semble que LG ait changé son objectif à moyen terme. Après avoir vérifié la faisabilité des écrans souples et enroulables, l’autre géant sud-coréen a décidé de tout concentrer sur une technologie actuellement utilisée sur les avions de combat et les véhicules spéciaux : des écrans transparents à utiliser sur les smartphones, les tablettes et autres appareils portables (comme les montres à puce). C’est un objectif d’avenir pour beaucoup, mais en ce qui concerne LG, ils sont certains – ou presque – qu’ils seront en mesure de commercialiser les premiers appareils équipés d’écrans OLED transparents d’ici fin 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *